récit accouchement et grossesse
Famille Grossesse

Retour sur ma première grossesse

Voilà un mois que ma fille a pointé son nez, j’ai donc eu envie de revenir sur ce voyage et ce jour qui ont chamboulé ma vie. Est-ce que ma préparation à l’accouchement dont je vous avais parlé dans cet article aura été efficace? Comment s’est passée ma grossesse? Ai-je pu aller au bout de ce que je souhaitais lors de mon accouchement? Je vous raconte tout!

Découverte et annonce au papa

Chéri et moi avions le projet d’avoir un enfant, mais attendions de finir notre maison avant de nous lancer. En juillet, je prends la décision d’enlever mon stérilet car mon corps commence à ne plus le supporter. Nous savons qu’en moyenne, une grossesse survient 4-5 mois après le retrait, donc nous avons le temps de finir notre maison.
Nous rentrons dans notre maison fin août, quel bonheur! On va alors pouvoir se concentrer sur notre nouveau projet, mais ce que je ne savais pas, c’était que ce nouveau projet était déjà en train de faire son nid. 😉

Je m’inscris alors sur Wemoms (voir mon article sur les applications) pour discuter avec d’autres filles qui sont en essai comme moi. J’en apprends un peu puis découvre ce que sont les symptômes de l’ovulation et de la nidification car jusque là, je ne m’y étais pas intéressée. En lisant, les récits des autres, je commence à me dire que fin août, il m’était exactement arrivé pareil. J’attends mi septembre pour me lancer. J’ai les seins gonflés et toujours pas de règles (symptôme normal puisqu’après le retrait du stérilet, nous n’avons pas de règles régulières). Je fais donc un test qui devient positif en à peine 10 secondes.

Je décide alors de faire une prise de sang entre midi et deux pendant la pause repas. J’en profite également pour aller acheter des petites chaussures et une sucette pour l’annoncer à mon mari. À 17h, je reçois un mail me disant que les résultats sont disponibles. Je suis bien enceinte, depuis fin août, début septembre.

En rentrant, je profite de l’absence de mon mari pour glisser dans un carton les petits objets et de mettre une lettre au-dessus. J’avais pris le soin de modifier un peu mon écriture. Alors que chéri rentre du travail, je lui dis que j’ai trouvé un colis à son nom devant la porte avec un mot. Il trouve ça bizarre mais ne s’attend pas à ce que ça vienne de moi. Chéri lit la lettre à 2 reprises avant de comprendre. Il lève la tête, ému, et me dit “déjà?! mais on est rapide!”. Haha

Une grossesse en montagnes russes

Dès que j’ai appris ma grossesse, mon corps s’est mis en alerte. C’est à ce moment que les symptômes sont apparus: fatigue, dégoût, seins lourds. À la 8ème semaine, nous avons la première échographie où on rencontre ce petit être qui grandit en moi, tout va bien! À ce moment-là, les nausées disparaissent mais je continue à être dégoûtée par pas mal de choses. En décembre j’ai perdu 5kgs… Ma sage-femme m’arrête quelques jours car je commence à avoir des contractions.

Mon deuxième trimestre, lui, se passe beaucoup mieux. Je n’ai plus de malaise ou de vertiges, je suis en pleine forme et reprend peu à peu du poids. Je découvre les coups de ma fille et mon mari les sent de plus en plus. J’ai profité au maximum! Mais durant les vacances d’hiver, je fais une crise d’angoisse à l’idée de reprendre. Tout allait bien au travail mais entre les escaliers à monter, les élèves qui sont particulièrement difficiles avec la COVID et la peur d’attraper le virus, mon cerveau m’a fait comprendre que ça n’allait plus. On m’arrête donc au début de mon dernier trimestre.

Mon dernier trimestre a été le plus difficile, il faut l’avouer. Certes, je continue de profiter des coups de ma fille, de la sentir bouger, réagir, etc, mais des problèmes de santé commencent à arriver. J’ai de plus en plus mal à la symphyse pubienne, et malgré les séances d’ostéopathie, je passe le dernier mois au maximum allongée à cause de la douleur… De plus, dès la 35ème semaine, apparaissent à chaque week-end de nouveaux symptômes d’accouchement qui me font à chaque fois espérer un accouchement avant la date, mais… NON!

Première grossesse, je vous raconte l'annonce au papa, mes trimestres et mon accouchement
Photo by Nathan Dumlaoon Unsplash

Le Jour J

Nous voilà à la veille de mon terme de grossesse, et je me dis qu’elle veut rester au chaud jusqu’au bout. L’inquiétude d’un déclenchement commence à trotter dans ma tête mais je sais qu’il me reste quelques jours. Je commence aussi à désespérer car je ne peux plus faire de ballon, de yoga ou encore de marche pour l’aider à descendre…

Ce matin-là, je me sens plutôt en forme et de bonne humeur. Ma symphyse me fait à peine souffrir et je me dis “cool, du répit”. Sauf qu’en milieu d’après-midi, je commence à me sentir mal: très fatiguée, envie d’aller aux toilettes. Je vais donc me reposer. Au bout de cinq minutes, j’ai vraiment trop envie d’aller aux toilettes. J’y vais, pour rien… Mais en me relevant, je ressens une forte douleur qui m’oblige à me tenir au mur pour marcher. Ma mère me voit et comprend de suite ce qu’il se passe. Elle appelle mon mari qui est au potager. On décide alors qu’il finisse ce qu’il a à faire pendant que je calcule la durée des contractions avec ma mère. Je préfère qu’il s’évade un peu avant qu’on aille à la maternité. J’explique à ma mère qu’il faut que j’attende que les contractions soient espacées de 5 min pendant une heure.
Dès le début, elles sont toutes les 5min, puis au bout d’une demi-heure, elles sont toutes les 3min. Cinq minutes après, je commence à ne plus comprendre puisque j’ai l’impression que les contractions sont de plus en plus proches. Je décide d’appeler la maternité même si l’heure n’est pas finie. Je leur explique que je sors de la douche, que les spasfons n’ont eu aucun effet. Ils me disent de venir, d’autant plus que ma sage-femme m’avait qualifiée de potentiel “boulet de canon“. Haha

Nous partons à la maternité, mon mari fait écarter les voitures ce qui nous permet d’y arriver facilement. En arrivant, j’explique à la SF qui se rend compte que mes contractions sont très proches. Elle décide de m’examiner mais juge inutile de faire un monitoring car elle sait qu’elle va me passer en salle de travail. Je suis à 3.
Nous traversons le couloir, je m’installe dans la salle de travail et on me met le monitoring. Elle comprend alors ma souffrance, j’ai des contractions qui marchent par deux puis une pause de 30 secondes puis encore des contractions “jumelles”, etc. De plus, elle voit que les contractions sont très fortes. Elle décide de me réexaminer, je suis passée de 3 à 6 en seulement 15 minutes.

Je n’ai pas le temps de réfléchir, je n’arrive plus à supporter. Je décide de céder à la péridurale car je ne me sens pas de me lever pour aller sur le ballon, je souffre énormément. Les sage-femme me confortent en me disant que je gère bien mais vu que j’ai des contractions qui fonctionnent par deux, ce n’est pas étonnant que je souffre beaucoup plus que ce que je peux gérer. L’anesthésiste arrive au bout de 30 min, je suis passée à 7… Je prie pour que la péridurale ait le temps d’agir.
Au bout de 5 heures 30 totales de travail (maison+maternité), mon col est totalement effacé, mais la petite met du temps à descendre. Au bout d’un moment, la sage-femme décide de me mettre un produit pour accélérer la descente et m’empêche de rappuyer sur la péridurale afin que les contractions fassent bien effet. Je souffre énormément, mais elle décide de remettre du produit. Ce produit est connu pour rendre les contractions encore plus fortes…

Au bout d’un moment, je pleure, me tortille, je souffre trop. Je ne maîtrise plus du tout la gestion des contractions. Même si la petite est encore un peu loin, la sage-femme décide de me laisser pousser pour me délivrer. Elle m’explique comment faire. La première poussée la fait un peu bouger mais pas assez. Les encouragements de mon mari m’aident à mieux pousser. 15 minutes plus tard, bébé est dans nos bras. Elle est belle, 3kg830 pour 52 cm, la bouche de son papa, le nez de sa maman! On ne s’attendait pas à un si gros bébé! ^^
On me la met déjà au sein et elle tète comme une pro! Ca y’est, notre vie a changé!

Bilan de cette grossesse

Au final, j’ai passé une grossesse assez sympathique même si la fin a été difficile.
Malgré mes 5kgs perdus, j’ai pris 10kgs lors de la suite de la grossesse, surtout lorsque j’ai été alitée puisque je ne me dépensais plus et que je faisais de la rétention d’eau…

Les astuces que j’avais mises en place m’ont aidée (je pense) pendant l’accouchement, je n’ai pas eu de déchirures malgré un beau bébé. Merci le massage du périnée et le yoga! ^^ Je ne me suis pas sentie essoufflée ou fatiguée pendant la poussée, grâce au maintient du sport et du travail du souffle. 🙂 Je n’ai pas paniqué, au contraire, j’étais très sereine grâce, sûrement, à la méditation. Je ne sais pas si c’est ma génétique ou si ce sont les dattes ainsi que la tisane de feuilles de framboisiers qui ont accéléré mon accouchement, mais j’avoue que je ne pensais pas avoir un col effacé aussi vite.

Gardez-vous un bon souvenir de votre accouchement et de votre grossesse?

You Might Also Like...

10 Comments

  • Reply
    s0lange06
    14 juillet 2021 at 12h44

    Coucou, ça fait du bien de lire des articles assez positif concernant un accouchement, j’ai l’impression qu’en ce moment il n’y avait que des mauvaises expériences qui circulaient. Je n’ai pas encore d’enfant et j’appréhende déjà beaucoup ces 9 mois… Merci pour ton témoignage du coup 🙂 Bisous

    • Reply
      laurie
      14 juillet 2021 at 15h31

      Chaque femme est différente, chaque expérience également! 😉
      Personnellement, je n’ai jamais eu peur de l’accouchement car quand on dit ça fait très mal, franchement qu’est-ce que ça veut dire? Tant qu’on ne l’a pas vécu, on ne peut pas mettre de définition, alors autant ne pas se prendre la tête avec ça! 😉

  • Reply
    Isabelle Frappier
    15 juillet 2021 at 4h34

    Je suis très contente d’avoir de tes nouvelles et de savoir que tout s’est bien passé! Bienvenue à ta petite puce!

    Mes deux accouchements ont été assez bien; j’ai moi aussi pris la péridurale et je ne le regrette pas, ça m’a permis de garder des forces pour pousser (quoique pour pour ma seconde fille, l’effet n’a pas été optimal, j’ai tout de même pas mal souffert).

    Le dernier trimestre n’est effectivement pas facile, avec les fausses contractions, les envies de faire pipi aux 10 minutes, Bébé qui gigote beaucoup, l’impression d’être énorme et de ne pas trouver de position confortable, etc… Mais on oublie tout ça une fois que c’est fini!

    Profite bien de tous les petits bonheurs qu’un petit enfant apporte! Bisous

    • Reply
      laurie
      15 juillet 2021 at 10h57

      Je te remercie! 🙂

      Et merci de ton partage d’expérience! 🙂

  • Reply
    Les Confidences de Lizzie
    16 juillet 2021 at 8h39

    Les montagnes russes, c’est tellement vrai! Le dernier trimestre est parfois très compliqué. Je me reconnais beaucoup en ton écrit. Pour ma part, j’ai eu 3 enfants et 3 césariennes totalement différentes. Bienvenue à ta puce.

    • Reply
      laurie
      16 juillet 2021 at 17h31

      Toute grossesse est différente et la finalité aussi! 🙂

  • Reply
    Laura
    16 juillet 2021 at 13h48

    Coucou,

    Félicitations pour cette petite 🙂
    Mon bébé a moi va avoir 10 ans dans quelques jours. Je ne raconte pas mon accouchement sur mon blog, car je ferais fuir les futures mamans lol tant il a été catastrophique ! 27h d’accouchement, de souffrance et en cadeau une belle endométriose !

    Belle journée,
    Laura – Happy Lobster

    • Reply
      laurie
      16 juillet 2021 at 17h30

      J’avoue que si j’avais eu ton accouchement, je n’en aurais pas parlé pour la même raison! ^^’

  • Reply
    Le boudoir d'Amandine
    1 août 2021 at 17h50

    Coucou !
    L’accouchement est une étape qui m’effraie totalement.
    C’est tellement aléatoire d’une femme à une autre. En tout cas je te présente à nouveau par ici mes félicitations pour l’arrivée de votre puce.
    Bisous

    • Reply
      laurie
      3 août 2021 at 18h41

      Après personnellement quand c’était dur je me disais que c’était l’histoire de quelques heures contre une vie entière de bonheur et que ça passerait! 😉

Leave a Reply