Famille Grossesse

Accouchement, comment je m’y prépare?

Depuis le début de ma grossesse, je souhaite vivre un accouchement le plus physiologique possible. Bien sûr, pour un événement aussi “aléatoire”, il est difficile de prévoir comment cela va se passer. Pour que mon accouchement se passe au mieux, j’ai décidé de mettre en place plusieurs astuces. Je les partage avec vous.

Qu’est-ce qu’un accouchement physiologique?

Accoucher de manière physiologique laisse entendre que l’accouchement se passera d’une manière la plus naturelle possible, la moins médicalisée. En général, on ne souhaite pas la péridurale, même si on peut la demander quand le travail devient trop insupportable. De plus, l’accompagnement par les sage-femmes sera fait différemment afin d’accompagner au mieux la future maman dans cette démarche et de ne pas rendre l’accouchement trop médical malgré le lieu où on accouche.

Aujourd’hui, un accouchement physiologique a l’idée d’un accouchement sans césarienne ou déclenchement.

Pourquoi le choix de ne pas utiliser la péridurale? Alors certains arguments sont personnels donc je les garderai pour moi, pour le reste, je vous invite à lire l’article de Naturelle Maman. J’espère que tous ces arguments m’aideront à aller jusqu’au bout!

Un peu de préparation physique

Accoucher, c’est comme courir un marathon.

Oui, donc quand on court un marathon, on ne le fait pas en improvisant. Il y a des semaines, des mois voire même des années de préparation. Et bien, pour un accouchement, il faut faire pareil.
On a besoin à la fois de préparer son cardio mais aussi ses muscles. Le but va être d’apprendre à gérer son souffle et son effort pour le moment de pousser à l’accouchement. Au niveau des muscles, il va falloir faire un peu de renforcement musculaire afin d’avoir une meilleure position, d’être mieux ancrée mais en parallèle, il va falloir faire pas mal d’étirements (notamment avec le yoga) pour assouplir les muscles au niveau de l’aine et du pubis.

Je fais donc pas mal de marche (rapide de préférence), au moins 20 minutes quotidiennes et du ménage pour vraiment entretenir mes muscles et mon cardio. N’ayez pas peur en vous disant “roh, je suis essoufflée pour un rien, comment je vais faire à la fin?”. C’est tout à fait normal! Votre utérus est monté et cela vous essouffle. Mais plus vous arrivez vers l’accouchement, et plus bébé descend et comprime donc moins votre haut du corps.

Je fais 3 à 4 séances de yoga prénatal par semaine avec l’application Down Dog Yoga pour entretenir la souplesse de mes muscles.

Attention, écoutez bien votre corps. Si il vous envoie des signaux d’alarme, ne poussez pas trop, reposez-vous. C’est très important!

Image by StockSnap from Pixabay

Le ballon de grossesse

Je fais du ballon presque quotidiennement car il va permettre de détendre mon bassin. Il va l’aider à s’ouvrir mais aussi à se positionner correctement. Vous pouvez demander conseil à votre sage-femme ou votre ostéopathe pour avoir des exemples d’exercices à faire en fonction de vos problèmes.

Par exemple, j’ai un bassin qui a tendance à se décaler et j’ai aussi souvent mal en bas du dos car je me cambre. Mon ostéopathe m’a donc donné des exercices à faire. Je peux vous dire que c’est magique! 😉

Le ballon sera également un allié lors du travail puisqu’il va permettre à votre bassin de se détendre et soulagera également votre dos pendant les contractions (avec votre compagnon qui vous masse le bas du dos, il paraît que c’est l’idéal!!).

Des soins naturels

Attention, avant de commencer, demandez conseil à votre gynécologue, sage-femme ou médecin. En effet, certains soins naturels peuvent déclencher le travail plus tôt si vous avez une grossesse pathologique ou à risque.

Au niveau des soins naturels que j’ai mis en place, j’ai commencé par le plus connu: la tisane de feuilles de framboisier. Pendant mon 8ème mois, j’ai commencé par deux tasses par jour. Lors du dernier mois, vous pouvez aller jusqu’à une bouteille de tisane par jour. Contrairement aux idées reçues, la tisane ne va pas vous faire accoucher plus tôt mais va aider votre col à se détendre. De plus, des chercheurs ont pu remarquer que le travail était accéléré.

Lors de la dernière semaine du 8ème mois, j’ai commencé à manger 5 à 6 dattes par jour. Les dattes ont elles aussi un effet sur le col et permettent de réduire les possibilités de déclenchement. Elles rendraient également les contractions beaucoup plus efficaces, ce qui pourrait réduire la durée de votre accouchement.

Je vais commencer pour le dernier mois à prendre de l’homéopathie qui m’a été conseillée dans le programme que je suis. L’homéopathie conseillée va me permettre de me détendre et par la même occasion, d’agir sur mon col. On m’a d’ailleurs fournie une liste de soins homéopathiques à prendre lors de l’accouchement pour me détendre, pour aider le col à s’ouvrir et pour renforcer le mental. On verra si cela fait effet! 😉
J’ai également préparé une huile de massage à utiliser le jour de l’accouchement afin d’aider à supporter les contractions au niveau du dos. 🙂

Préparer son périnée même avant l’accouchement

Pourquoi est-il important de préparer son périnée? Tout simplement parce que des scientifiques ont remarqué, suite à une étude menée, qu’il y avait eu 30% de femmes en plus qui avaient eu une épisiotomie ou des déchirures à l’accouchement pour celles qui n’avaient pas préparé leur périnée.
Alors, cela ne veut pas dire que vous n’aurez aucune déchirure, mais cela réduira vos chances d’en avoir!De plus, si vous commencez déjà à travailler et à préparer votre périnée, les séances de travail du périnée après la naissance de votre bébé risquent d’être plus courtes voire inexistantes.

Comment faire? Le but, va d’abord être de découvrir votre périnée. Pour cela, c’est simple, quand vous allez faire pipi, faites un arrêt du jet et essayez de repérer mentalement quel muscle a travaillé. Attention à ne pas le faire trop souvent, pour ne pas vous provoquer d’infections urinaires!
Vous pouvez ensuite, contractez de temps en temps votre périnée afin d’en avoir vraiment conscience. Cela permettra après l’accouchement de faciliter les exercices que vous proposera la sage-femme.

Deuxième chose à faire: le massage. Alors c’est très particulier à faire, je vous ai mis cette vidéo pour que vous puissiez mieux comprendre les exercices. Mon seul conseil est d’y aller progressivement car cela peut être désagréable. Si c’est désagréable, vous laisserez tomber. C’est dommage.
Pour le massage, j’utilise l’huile de massage du périnée de Weleda, mais vous pouvez vous contenter d’une huile simple comme l’huile de coco vierge ou encore d’amande douce. Le but étant que l’huile soit la plus neutre possible!
Le massage va rendre votre périnée plus souple ce qui évitera qu’il ne se déchire trop lorsque le bébé descendra.

Dernière chose, le Yoga! Comme je vous l’ai dit précédemment, le yoga va permettre de vous assouplir. Il va donc également agir sur la souplesse de votre périnée. 😉

Un mental paré à toutes épreuves

Au niveau mental, j’avoue que je ne stresse pas trop. Beaucoup de femmes vous disent, “tu vas voir ça fait mal”. Oui d’accord, mais ça fait mal comment? Et puis, nous ne sommes pas toutes sensibles à la douleur de la même façon. Du coup, généralement, je laisse ces remarques de côté pour me concentrer sur moi. Néanmoins, je sais que je vais faire face à un effort très sportif, que je vais sûrement avoir mal (à quelle intensité? Je ne sais pas), donc je me prépare mentalement.

J’ai donc mis en place plusieurs choses.
La première, c’est la sophrologie. Alors j’avoue que je ne suis pas très douée. Je travaille surtout mon souffle et la détente avec mais tout ce que est “images”, j’ai du mal avec ça donc je ne sais pas si ça m’aidera pour l’accouchement.
Deuxièmement, je fais en sorte de me répéter des choses positives tous les jours en rapport avec la douleur, les contractions. Ma sage-femme m’avait dit de se dire que les contractions c’était comme une vague qui se prépare, monte, et redescend et qu’à chaque fois qu’elle redescend, elle nous rapproche de la rencontre avec notre bébé. Du coup, je me suis fais une phrase: “les contractions me rapprochent de mon bébé”. Je me la répète fréquemment pour que ça rentre dans ma tête.
Troisièmement, j’essaie de voir du positif partout pour essayer de rester positive et détendue. En effet, plus vous êtes heureuse et détendue et plus vous développer l’hormone du bonheur qui viendra (un peu) contrebalancer la douleur des contractions.

Et pour plus d’informations, je vous conseille également de lire cet article d’Anne Charlotte. Je trouve qu’elle a bien expliqué ce qu’elle avait fait. 🙂

Est-ce que l’accouchement vous fait peur ou vous a fait peur? Pour quelles raisons? Et finalement, après avoir accouché, avez-vous vu des différences avec vos craintes?
Connaissiez-vous ces astuces naturelles et bien-être?

N’hésitez pas à partager ces astuces avec des futures mamans! 😉

Comment se préparer à l'accouchement et pourquoi? #accouchement #accouchementphysiologique #accouchementnaturel
Photo by Christian Bowenon Unsplash

You Might Also Like...

10 Comments

  • Reply
    Le petit monde de NatieAK
    28 avril 2021 at 13h35

    Hello,
    J’avais fait de la sophrologie et c’est surement la meilleur décision que j’ai pris : tout c’est très bien passé et sans péridural.
    Après, les expériences d’une femme à l’autre sont très différentes et quand on est enceinte, il y a toujours une personne pour nous raconter la leur même si on n’a pas envie de savoir ! ^^
    Excellent ton article, j’aurai aimé avoir ces infos à l’époque et notamment sur le massages du périnée.
    Bises

    • Reply
      laurie
      28 avril 2021 at 18h27

      Merci d’être passée, je vais donc persévérer sur la sophrologie 🙂

  • Reply
    Isabelle Frappier
    29 avril 2021 at 4h41

    Ma principale peur, lors de mon premier accouchement, c’était de ne pas arriver à pousser assez fort et assez longtemps; mais bon, j’ai pris la péridurale et ça s’est super bien passé. Pour ma seconde fille, j’ai accouché sans péridurale (pas eu le temps de la faire!); oui, j’étais crevée, mais on trouve toujours la force de pousser. Et oui, j’ai eu mal mais je n’ai pas hurlé comme dans les films!

    Je pense que, puisque tu t’es bien préparée, physiquement et psychologiquement, tu as mis toutes les chances de ton côté pour avoir un bel accouchement. Et c’est ce que je te souhaite, bien sûr!

    Bisous

    • Reply
      laurie
      29 avril 2021 at 11h28

      Merci d’être passée pour parler de ton expérience! 🙂

  • Reply
    Nous les Nanas
    29 avril 2021 at 22h20

    Coucou Laurie,

    Ce sont de très bons conseils que tu donnes là. Pour ma part, je souhaitais également un accouchement très naturel mais les choses ne se passent pas toujours comme prévues… J’ai donc été déclenché et j’ai egalement eu la péri après des heures de travail qui n’avance pas. Bébé a eu la ventouse, on m’a appuyé sur le ventre, bref. Mon accouchement était tout de même la plus belle des rencontres de ma vie ❤

    • Reply
      laurie
      30 avril 2021 at 14h44

      Oui, c’est un événement qu’on ne peut pas forcément planifier ^^.

  • Reply
    Le boudoir d'Amandine
    2 mai 2021 at 14h35

    Coucou !
    Je n’ai pas d’enfant mais l’envie devient présente, il faut juste que je trouve le papa lol
    Par contre l’accouchement me terrorise totalement. Je ne sais pas si je pourrai accoucher sans péridurale. La douleur me fait trop peur.
    Bisous

    • Reply
      laurie
      2 mai 2021 at 20h42

      C’est normal d’avoir cette peur, d’autant plus que c’est l’inconnu total!
      Je te souhaite de trouver l’homme de ta vie, qui te traitera aussi bien que le mien le fait!

  • Reply
    Enceinte: 5 façons de prendre soin de soi - Douce Vie
    18 mai 2021 at 8h09

    […] Article à découvrir: Ma preparation pour un accouchement physiologique […]

  • Reply
    Retour sur ma première grossesse - Douce Vie
    1 juillet 2021 at 18h27

    […] ma vie. Est-ce que ma préparation à l’accouchement dont je vous avais parlé dans cet article aura été efficace? Comment s’est passée ma grossesse? Ai-je pu aller au bout de ce que je […]

Leave a Reply